LA FONCTION APPRENTISSAGE AUTOMATIQUE DES APPAREILS AUDITIFS FACILITERA-T-ELLE VOTRE TÂCHE?

La révolution numérique des appareils auditifs des années 1980 est au tournant de son évolution: l'apprentissage automatique.  Qu’est-ce que cela signifie pour les utilisateurs?  Pour vous?  Notre boule de cristal nous fournit quelques prédictions. 
Jetons d’abord un coup d’œil sur l’état actuel des choses: grâce au traitement du signal numérique, la réduction du bruit, la formation de voie, le système d’opposition de phase de la rétroaction et le rehaussement de la parole sont devenus des fonctions courantes.

En revanche, les appareils auditifs se sont complexifiés à un tel point que leur réglage en fonction des besoins auditifs individuels tient de l'exploit!  Et pourtant, c’est ce que font les professionnels de la santé auditive au quotidien. Et vous le faites très bien!

Plus de facilité, de précision et de temps pour une plus vaste clientèle.

L’apprentissage automatique a le potentiel de simplifier et d’améliorer votre travail en assurant un processus d’appareillage en clinique plus rapide, convivial et précis. Il peut également augmenter la satisfaction de l’utilisateur en aidant votre clientèle à entendre mieux au cours de leurs activités quotidiennes – parce que vous ne pouvez tout de même pas les suivre partout en tout temps.

«L’apprentissage automatique vient élever le niveau de facilité et de précision de l’audibilité», affirme Olivier Townend, audiologiste et directeur des communications du Service audiologie chez Widex et coauteur de l’article intitulé Real-Life Applications Of Machine Learning In Hearing Aids paru dans The Hearing Review. «Cela permet une économie de temps que le professionnel de la santé auditive peut consacrer à la réception ou à l’expansion de la clientèle.»

Townsend confirme que l’apprentissage automatique fait partie intégrante de l’ajustement, surtout en raison des réels défis auxquels se heurtent les personnes atteintes de perte auditive. 

«Dans la vraie vie, l’audition varie constamment, parce que la vraie vie, elle-même, change constamment. Le fait de devoir penser au programme auditif à utiliser dans une situation donnée fait appel aux fonctions cognitives.  Voilà pourquoi nous avons tant investi dans l’automatisation de nos appareils auditifs – pour que les personnes utilisent leurs fonctions cognitives pour écouter plutôt que pour déterminer le programme à utiliser», explique-t-il.

Les systèmes d’automatisation actuels posent certains problèmes.

Cependant, rappelle-t-il, l’automatisation est fondée sur des suppositions quant à ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas amplifier, et que par conséquent, même le meilleur système d’automatisation ne peut prédire ce que l’utilisateur aura l’intention d’entendre dans une situation donnée.

Par exemple, est-ce que le client qui se trouve dans un rassemblement social voudra toujours entendre la conversation? Peut-être préférera-t-il entendre ce que joue le pianiste en musique de fond?

Pensez également à la séance d’appareillage. Vos clients cherchent à vous expliquer comment ils entendent et les défis auditifs qui les occupent – ce qui n’est pas une mince affaire. Vous devez ensuite interpréter ce qu’ils ont décrit, ce qui relève d’un jugement approximatif, voire du flair professionnel!

De plus, il existe des milliers de paramètres différents qui peuvent être ajustés. Si vous vouliez savoir ce que le client entend le mieux entre le « son A » et le «son B» d’un appareil type, vous aurez besoin d’environ 2 500 000 comparaisons pour passer à travers toutes les possibilités d’ajustement! 

Apprentissage automatique

À la lumière des défis exposés ci-dessus, Widex propose alors une solution d’aide auditive qui intègre l’apprentissage automatique qui évolue au gré des préférences et intentions de son utilisateur.

Townsend explique ce qui suit: «Nous proposons une interface simple qui fonctionne avec le téléphone intelligent de l’utilisateur. Nous pouvons ainsi guider l’utilisateur, étape par étape, vers une meilleure audition par de simples comparaisons A et B. Chaque fois, il n’a qu’à choisir ce qu’il entend le mieux. Ensuite, la fonction d’apprentissage automatique nous aide à prévoir ses réglages favoris. Tout ce que le client doit faire est de choisir les sons qu’il entend le mieux en fonction de ce qu’il a l’intention d’entendre. L’algorithme de la fonction d’apprentissage automatique se charge du reste.»

L’étude menée par Widex a démontré qu’un tel système est capable d’atteindre un réglage d’audition idéale à l’aide d’environ 20 comparaisons, contrairement à près de 2 500 000.

Pour en savoir davantage sur l’apprentissage automatique et les aides auditives >